Chemin de fer situé dans le Sud Lipez en Bolivie
Réflexions

Éloge du voyage en solo et expériences de vie à l’étranger

En cette période propice à l’introspection, j’ai repensé à toutes les fois où j’ai été fière et surtout épanouie de réaliser certains projets. Le fait de voyager seule en fait partie.

Mes premiers pas vers « l’étranger »

Petite, j’ai eu la chance de découvrir de nouveaux pays grâce à mes grands-parents et j’aime à penser que « le virus du voyage » m’est venu grâce à eux. Adolescente, l’apprentissage des langues me plaisait beaucoup. J’ai alors saisi à plusieurs reprises l’opportunité d’étudier à l’étranger. A 20 ans, je partais seule en stage pendant trois mois à Montréal. Quelques années plus tard, je repartais pour un semestre d’études à Séoul. Je me rappelle encore du tourbillon de sensations du premier soir. La ville grouillait de monde et me paraissait tellemente bruyante. Je me souviens aussi des lumières agressives des signalétiques des échoppes. Tout était nouveau et les premières expériences culinaires furent particulièrement marquantes tant les plats étaient épicés ! Petit à petit, il fallut s’habituer et je découvrai chaque jour les richesses de la culture coréenne.

Istanbul en solitaire

Un été, je décidai de découvrir seule Istanbul. Une amie m’avait partagé ses belles photos et je me souviens de cette capitale comme d’un réel musée à ciel ouvert! Il y a tant à voir. J’avais choisi de passer une semaine en auberge de jeunesse et consacrais la majeure partie de mes journées à arpenter la ville avec pour compagnon : mon réflex 😉 . Au delà de ses nombreux trésors architecturaux, j’avais été surprise par son côté avant-gardiste. C’est sans compter le plaisir d’avaler des poignées de loukoums et de goûter aux joies du hammam. Ce fut une très belle semaine de vacances.

Tout quitter et voyager seule en Amérique du Sud

Par la suite et après une rupture conventionnelle, je décidai de quitter la France et de partir seule en Amérique du Sud. Je n’avais alors acheté qu’un aller simple pour Cochabamba en Bolivie. Mon idée avait d’abord été de prendre des cours d’espagnol. J’étais hébergée chez une famille bolivienne et rencontré par la même occasion d’autres voyageurs. J’en garde de très bons souvenirs.

Après la découverte de la Bolivie, je choisi de poursuivre mon périple au Chili, au Pérou, en Equateur au Brésil et en Colombie. Je réalisai aussi du volontariat et expérimentai le couchsurfing. De fil en aiguille, je fus invitée chez des compagnons de route et passai du temps aux Etats-Unis et au Canada. Je crois que cette période de découvertes et de vagabondage aura été l’une des plus belles de ma vie.

Paysage des Andes boliviennes et lagune de flamants roses
La lagune Cañapa et ses flamants roses dans la région Sud Lipez en Bolivie

Tenter sa chance et s’expatrier seule

Après ce long périple, je décidai de rentrer en France célébrer les fêtes de fin d’année en famille. Au bout de quelques semaines, le décalage se fit sentir et je ne me voyais absolument pas rester en France. L’Amérique du Sud m’avait charmé et une fois de plus, je décidai de repartir seule. Cette fois-ci, je souhaitais réaliser ma propre « expatriation » et m’installer plus durablement dans un pays. Je choisi la ville authentique de la Paz en Bolivie. Financièrement, il s’agissait aussi d’un des pays les moins chers d’Amérique du Sud. Grâce aux réseaux sociaux, je trouvai vite un hébergement et des premiers contacts pour travailler. C’est ainsi que je pris un nouvel envol pour m’installer dans l’une des villes les plus hautes du monde. Arrivée avec un simple visa de touriste, je possédais six mois après un visa de travail de deux ans. Comme je l’appris en Bolivie : « todo es posible » (tout est possible) ! Au final, il y a tant de choses que l’on peut réaliser seul(e).

Se redécouvrir et s’épanouir grâce au voyage

Pour ma part, c’est en réalisant l’expérience du voyage en groupe, que j’ai plusieurs fois ressenti le besoin de « tracer » ma route. J’aime me laisser aller à l’aventure et ne suis pas fan des itinéraires tout tracés avec des réservations d’hébergements parfois réalisées des mois à l’avance. Selon moi, le fait de vouloir tout maîtriser et planifier laisse peu de place à l’enchantement. Alors oui, j’ai choisi à plusieurs reprises de partir seule et ai adoré cette sensation de liberté. Je pense aussi que réaliser ses propres expériences en solo favorise la confiance en soi. Certains y voient une forme de courage. Oui, le courage de se lancer et de sortir de sa « zone de confort« . À ce propos, cela me fait penser à une chouette vidéo sur le développement personnel.

Que ce soit en Turquie, au Chili, au Brésil ou ailleurs, j’ai chéri ces moments de liberté, de rencontres et de découvertes. On se sent alors comme pousser des ailes. Et c’est alors qu’une fois sur place, on s’imprégne d’une nouvelle culture, on apprend de nouveaux codes, on crée de nouvelles amitiés qui nous amènent à partager des moments très forts. Voyager en solo, c’est aussi se créer de nouvelles opportunités comme décider de retourner dans un pays qui nous a marqué avec la perspective éventuelle d’y réaliser un nouveau projet. Bref, de nombreux souvenirs reviennent et me donnent le sourire aux lèvres.

Encore aujourd’hui, le « virus du voyage » est sournoi et se manifeste souvent de manière impromptue. L’expérience du voyage en solo vous effraie ? Pourtant, lancez-vous ! Vous ne serez en réalité jamais vraiment seul(e) 😉 .

Et si le voyage en solo était une « affaire de femme » ? Ici un lien vers un article intéressant publié en 2019.

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply